L’espace musical et la hauteur des notes de musique

Perception de l’espace musical par l’oreille

L’oreille humaine à la faculté de percevoir un vaste ensemble de sons allant du grave à l’aigu. Cet espace nous semble presque infini. Mais dans la réalité il se limite à une étendue de 10 octaves. L’espace musical s’étend sur 8 octaves et se divise en 3 registres, les sons :

– Graves – Médiums – Aigus

Principe du phénomène d’octaves

Le phénomène d’octave est un principe fondamental qui trouve son origine dans le son lui-même. Il s’agit d’un phénomène acoustique universel. Un son va donc avoir une multiple représentation de lui-même sur chaque hauteur d’octave allant du grave à l’aigu. Cette organisation si singulière peut faire penser à une construction en forme de poupées russes. L’origine du phénomène d’octave provient du son lui-même et de sa résonance, qui génère ce que l’on appelle des « harmoniques ». Le son qui définit la note de musique entendue s’appelle l’harmonique fondamentale. La seconde harmonique de ce son génère justement l’intervalle musical que l’on appelle « octave ». Et du fait de leur parenté sonore, on donne à ces 2 sons le même nom. La troisième harmonique introduit cette fois l’intervalle de quinte. Vous trouverez plus d’informations sur ce sujet dans notre article sur les harmoniques des sons.

A chaque note, une fréquence déterminée

Une des singularités de la musique occidentale est d’avoir peu à peu attribué une fréquence fixe à chaque note de musique et de se référer à un diapason. Cela a permis la création de la gamme tempérée. Chaque hauteur d’un son est déterminée par ce que l’on appelle « une fréquence », qui s’exprime en Hertz (symbole : Hz). Par exemple, la note de musique LA est déterminée par la fréquence 440 Hz.

Le phénomène d’octaves et la gamme chromatique

Du fait même du phénomène universel des harmoniques des sons, notre système musical ne peut échapper à une construction en octaves. Chaque octave contient 12 sons différents dont les hauteurs sont fixées en référence à ce son dont la fréquence est fixée à 440 Hz (donc la note de musique LA émise par le diapason).

On considère que ces 12 sons sont séparés d’un demi-ton et on nomme cette échelle la « gamme chromatique ». Cette gamme chromatique se reproduit à chaque hauteur d’octave du grave à l’aigu. Le clavier d’un piano, avec ses 7 touches blanches et ses 5 touches noires, est une représentation de cette gamme chromatique. Les 7 touches blanches du piano représentent les 7 sons de ce que l’on appelle la gamme majeure de DO. Chacun de ces 7 sons porte un nom spécifique et devient alors une note de musique à part entière. Consultez l’article les gammes et le cycle de quintes pour mieux comprendre leur construction.

Notations musicales à connaître

Au cours du temps, plusieurs notations musicales se sont mises en place. Voici celles qui sont importantes à connaître :

  • La notation latine qui utilise les 7 syllabes : Do, Ré, Mi, Fa, Sol, La, Si
  • La notation musicale anglo-saxonne, qui utilise les 7 premières lettres de l’alphabet : A, B, C, D, E, F, G

C   D   E   F   G   A   B Do Ré Mi Fa Sol La Si

Nous verrons que pour un usage différent on associe à chaque note un degré : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7.

Nous avons donc 7 noms de notes pour 12 sons effectifs. La notation musicale utilise alors 2 symboles pour pouvoir nommer les 5 sons restants relativement aux 7 premiers :

  • Le dièse associé à une note la hausse d’un demi-ton
  • Le bémol associé à une note la baisse d’un demi-ton

Le cycle des quintes est à l’origine de la gamme chromatique

Comment en sommes-nous arrivés à privilégier ces 12 sons ? Ces 12 sons sont à l’origine liés à l’intervalle de quinte que nous avons vu précédemment, et qui sont présents dans les harmoniques d’un son.

Si nous construisons une suite de sons ayant toujours une distance de quinte, alors nous allons obtenir au final un ensemble de 12 sons qui, ramenés à l’espace d’une octave, nous donnera la gamme chromatique. Ce cycle de 12 sons s’appelle tout simplement le « cycle des quintes ».

La gamme majeure est un fragment du cycle des quintes

La gamme majeure est elle-même un fragment de ce cycle. FA, DO, SOL, RÉ, LA, MI, SI, qui représentent un cycle de 7 quintes successives. Ces 7 notes, ramenées à l’espace d’une octave, constituent la gamme majeure de DO.

Conclusion

Nous avons vu dans cet article les singularités de l’espace musical, qui sont intrinsèquement liées au phénomène des harmonique des sons. Les éléments à retenir sont les suivants :

  • L’espace musical s’étend sur 8 octaves, parmi l’étendue des 10 octaves que peut percevoir l’oreille humaine
  • Cette division en octaves est intrinsèquement liée au phénomène universel des harmoniques des sons
  • La gamme chromatique est une division de chaque octave en 12 sons et se base sur le phénomène de quinte
  • Dans la musique occidentale, chaque note s’est vue attribuer une fréquence, basée sur un diapason