Apprendre la musique comme on apprend sa langue maternelle

Avant d’aborder la lecture, un enfant passe près de 5 à 6 années à intégrer de manière auditive, sensorielle et émotionnelle sa langue maternelle.

Il l’acquiert de manière organique par mimétisme. Il commence par émettre des sons instinctivement en faisant des babillages. Peu à peu, les premières syllabes apparaissent, puis viennent les premiers mots, les premiers groupes de mots, puis les premières phrases, et la communication s’enrichit en continu. Et vers 6 ans, alors que l’enfant peut déjà exprimer un grand nombre d’idées et d’émotions, l’envie de lire se fait ressentir de manière naturelle.

Si l’apprentissage de la musique suivait un déroulement similaire à celui de notre langue maternelle, il serait beaucoup plus efficace. En musique, l’attention est mis trop rapidement sur la lecture alors que, trop souvent, le développement de la perception sensorielle et émotionnelle est insuffisant, voire inexistant.

Immersion

Au cours de ses 25 ans d’expérience pédagogique, Vincent Chaintrier – créateur de la méthode Meludia – [LIEN VERS PORTRAIT] a remarqué que les musiciens qui ont développé des compétences musicales proches du langage parlé (voire parfois meilleures) ont eu une immersion sensorielle dans la musique très tôt : ils ont été imprégnés par la musique et par des musiciens pendant leur plus jeune enfance.

Cet apprentissage organique est comparable à ce que vivent les nourrissons quand ils apprennent le langage. En pleine immersion sensorielle, ils écoutent ce flux auditif incessant et commencent à reconnaître des motifs. Au début, des voyelles, puis des syllabes, puis des mots, puis des suites de mots. Les enfants utilisent déjà le subjonctif et le plus que parfait alors qu’ils ne savent pas encore ce que c’est !

L’apprentissage analytique, avec notamment la compréhension des règles de grammaire, de conjugaison et de déclinaison (suivant la langue), arrive plus tard. Les enfants ont alors déjà cette base sensorielle. Ils peuvent déjà utiliser implicitement certaines de ces règles et savent intuitivement comment structurer leurs phrases.

Le plus important dans cette description de l’apprentissage des langues est la facilité et le plaisir évidents avec lesquels un enfant apprend à parler. Cela devient même un jeu d’apprendre de nouveaux mots et des nouvelles tournures de phrases.

Expression

Quand vous discutez avec un ami ou un membre de votre famille, vous improvisez : vous avez une structure de langage (des mots, des tournures de phrases, des règles de grammaire…) et un fil d’idées. Vous n’êtes pas forcément conscients des mots que vous allez dire dans les prochaines secondes, mais vous les dites quand même et la plupart du temps avec des tournures de phrases grammaticalement correctes. Cela permet de partager des idées ou des histoires, d’avoir des discussions et de prendre du plaisir à exprimer ses idées de plus en plus précisément, pourquoi pas inventer de nouveaux mots, développer de nouveaux concepts, etc.

Quand on y pense, cette compétence de pouvoir s’exprimer et de se faire comprendre en temps réel requiert des aptitudes mentales extraordinaires, notamment au niveau de “l’oreille”. C’est impressionnant : quasiment tous les adultes ont cette aptitude à tenir une discussion.

Imaginez maintenant que votre maîtrise de la musique soit proche de votre maîtrise du langage parlé. Vous pourriez avoir des idées musicales, les transmettre, les modifier en temps réel, en inventer de nouvelles, etc. L’avantage, c’est qu’en musique, plusieurs personnes peuvent s’exprimer en même temps. Ce qui serait vécu comme une confusion dans le langage parlé est ce qu’on appelle l’harmonie en musique(avec toutes ses stabilités, ses instabilités et ses couleurs), alors autant en profiter ! Jouer de la musique ensemble, c’est pouvoir s’exprimer dans un langage qui a la particularité d’être émotionnel et illimité. C’est ainsi que les musiciens dont l’oreille est la plus développée abordent la musique. Et cela ne devrait pas réservé à une élite ou à un groupe restreint de personnes. Nous avons tous appris notre langue maternelle de cette façon. Nous avons tous déjà prouvé que nous sommes capable de faire ce chemin. Nous pouvons faire ce chemin dans la musique également.

Éducation

Alors qu’en est-il de l’apprentissage de la musique ? Pour les enfants qui ont eu la chance d’avoir cette immersion sensorielle, nous avons vu que l’apprentissage était grandement facilité. Pourtant, la musique n’est pas une compétence unique [LIEN VERS ARTICLE]. Ainsi, même les musiciens les plus doués ont toujours une marge de progression sur certaines dimensions de la musique, qui leur permettront d’avoir toujours plus d’aisance et de potentiels. Si vous n’avez pas eu la chance d’avoir cette immersion sensorielle quand vous étiez enfant, Meludia va vous permettre de stimuler et de développer les compétences cognitives essentielles à la compréhension du langage musical.

Meludia développe les fondamentaux de la musique de la même manière qu’un enfant apprend à parler, c’est à dire sans lecture, par l’écoute et par l’imitation.

Comment

There is no comment on this post. Be the first one.

Leave a comment